2008年07月16日

ROSETTA (film belge de Luc et Jean-Pierre Dardenne - 90 minutes - 1999)

Dans La Promesse (1996), les frères Dardenne dénonçaient déjà le dérèglement d'une société rongée par le chômage, où la débrouillardise la plus odieuse finissait par tenir lieu de travail. Avec Rosetta, ils continuent de sonder le même marécage. Mais, comme dans leur film précédent, les deux cinéastes dépassent le pamphlet social pour tracer un destin hors du commun. Après la « psychanalyse» sauvage du jeune Igor de La Promesse, contraint de « tuer » son ordure de père pour devenir un homme bien, Rosetta est une nouvelle plongée dans l'inconscient meurtri d'une enfant trop vite devenue femme. A la clé des deux oeuvres, un même schéma familial détruit : pas de mère et un père désastreux pour le héros de La Promesse ; pas de père et une mère défaillante pour Rosetta. Forcément, ce cafouillage originel engendre une grave inversion des rôles. Les adultes se comportent en gamins irréfléchis et les enfants « surmatures » guident leurs parents dans l’existence.

Rosetta galère. A peine sortie de l’adolescence, elle squatte dans une caravane ouverte à tous les vents, dans un camping en bordure d’autoroute. Sa mère alcoolique pour seule compagne, elle se lève chaque matin pour livrer un combat titanesque contre le monde ordinaire. Il faut manger, se laver, trouver du travail. Chaque acte devient compliqué, tout est violence. Rosetta est forte d’une énergie désespérée, celle du noyé qui continue de lutter quand tout espoir semble perdu.
Dans une Belgique apocalyptique, gigantesque friche pouilleuse et humide, Rosetta s’accroche à ce qu’elle peut : un boulot à l’usine, un petit commerce à partir de vieux vêtements, un œuf à la coque. Dans un monde qui ne veut pas d’elle, ses efforts deviennent pathétiques, les frères Dardenne l’ont voulu ainsi : « On a pensé au personnage de K, dans Le Château (1926) de Kafka, qui ne peut pas accéder au château, qui est toujours refusé dans le village, qui se demande si lui existe vraiment. Cela nous a mis sur l'idée d'une fille qui est mise dehors, qui veut obtenir quelque chose qui lui permettrait de rentrer dans la société, et qui est tout le temps remise dehors ».
Comme dans les vies les plus tristes, le film ne repose pas vraiment sur un scénario, mais plutôt sur l’enchaînement de situations où domine la volonté de survivre en environnement hostile. La répétitivité des gestes témoigne de la pesanteur des démarches imposées à l’héroïne. Les frères Dardenne la filme à plusieurs reprises lorsqu’elle retire ses chaussures et met ses bottes pour rejoindre sa caravane. Quand les pensées sont entièrement construites autour de ces actions dérisoires, comment se projeter, au sens littéral, dans l’avenir ? Il n’y a qu’un présent glauque, toujours recommencé, une sorte d’agitation inutile et cyclique au pays de la misère.

Les frères Dardenne ont décroché la Palme d’Or à Cannes avec Rosetta. Caméra à l’épaule, les réalisateurs ont suivi au plus près Emilie Dequenne dans son combat de tous les jours pour exister pleinement. Elle a obtenu pour ce rôle le prix d’interprétation féminine.

Pierre Silvestri


posted by Pierre at 23:32| 奈良 ☁| Comment(0) | Cinéma européen | このブログの読者になる | 更新情報をチェックする
この記事へのコメント
コメントを書く
お名前:

メールアドレス:

ホームページアドレス:

コメント:

※ブログオーナーが承認したコメントのみ表示されます。
×

この広告は180日以上新しい記事の投稿がないブログに表示されております。